Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches et des souvenirs de sa vie...

C’est bien simple : on n’a pas vu une mise en scène aussi racée dans le cinéma français depuis Jacques Audiard. À l’instar des films d’animation japonais pour adultes, J’ai perdu mon corps place la barre très haut à tous les niveaux. Une pépite d'animation, emplie d'espoir et d'une sensibilité inouïe. Un thriller animé virtuose et saisissant, plein de drôlerie et de poésie. Bon on arrête là, vous avez compris : A ne pas rater !