Voeux d'Henri de Latour 2009

Vous êtes ici

Je me souviens, il y a un an tout juste, nous étions trois ou quatre réunis autour de Michel. Il nous expliquait comment il avait passé ses 25 années à la mairie. Il nous parlait de ses succès et des difficultés qu’il a rencontrées. Nous aurions aimé qu’il soit encore parmi nous. Son sens de la justice et sa gentillesse nous manqueront toujours.

Depuis, les élections sont passées et nous avons été élus. Je dois ici faire le bilan de ces 9 premiers mois. Nous avons d’abord été dans la poursuite des projets de nos prédécesseurs en terminant les travaux entrepris :

- Le gîte de la cure.

- Les logements à l’étage de l’école maternelle.

- Le renforcement du réseau d’eau potable par la liaison avec Ste Croix de Caderle.

- Toujours dans la continuité de nos prédécesseurs nous avons poursuivi l’étude du PLU.

- Enfin, les travaux de la médiathèque vont pouvoir commencer en début d’année.

Nous avons poursuivis par :

- L’entretien des routes.

- Le centre de loisirs, (en l’informatisant et en améliorant la sécurité du côté de la rue).

- Et l’équipement scolaire.

Je dois dire que nous avons aussi passé pas mal de temps à la maison de retraite. Je ne vais pas revenir sur cette période dont tout le monde a entendu parler. Je pense que le dialogue et l’équité nous ont permis de sortir par le haut de difficultés qui à une époque paraissaient insurmontables. Je me dois de remercier l’ensemble des salariés de la maison de retraite pour les efforts qu’ils ont fournis dans cette période inhabituelle. Maintenant nous entrons dans une nouvelle ère. Nous avons une nouvelle directrice Mme Herbster qui a pris ses fonctions le 1er janvier. Les travaux de mise aux normes ont commencé. Certes, en retard par rapport au calendrier que nous nous étions fixé, mais tout de même…

Je ne vais pas continuer par la nomenclature de ce que nous avons fait et de ce qui reste à faire.

 

Un bilan n’est pas que matériel. Je ne pourrais me contenter d’un bilan qui se résumerait à une somme de travaux. Je dois dire, d’un point de vue personnel que ces mois passés m’ont permis de rencontrer une équipe d’hommes et de femmes élus qui m’ont redonné foi en la Politique (dans le sens noble du mot). En effet (et là je me permets de parler aussi en leur nom) nous avons pris un grand plaisir à organiser, gérer, imaginer la vie de notre communauté pour essayer de la mettre sur la route du bonheur.

Je peux témoigner aussi que tous les employés municipaux ont œuvré dans le même sens en donnant le meilleur d’eux-mêmes.

 

Malheureusement ce parcours qui dessine notre avenir est semé d’embûches.

Nous vivons un drôle d’époque. Sans doute un tournant dans nos rapports avec l’argent, avec notre banquier, qu’on ne regarde déjà plus de la même façon. Nous vivons dans un monde en perte de repères où tout semble possible : au niveau national comme au niveau international, l’Etat aide financièrement les banques, il diminue la fiscalité des entreprises qui continuent de faire des bénéfices énormes et au bout du compte, licencient. (Valéo, Arcelor-Mittal…)

Je me demande si nous ne rentrons pas dans un système décrit et dénoncé par Hannah Arendt qui dit que le totalitarisme ne tend pas à soumettre les hommes à des règles despotiques, mais à un système dans lequel les hommes sont superflus.

Je ne suis pas visionnaire et bien sûr j’espère que tout ceci n’arrivera pas sans qu’on sen rende compte.

 

Notre village peut se développer économiquement à travers l’artisanat, les métiers du secteur tertiaire et les commerces. Et c’est bien l’accroissement démographique qui répondra au développement de ces trois secteurs. Nous sommes tenus d’être très attentifs à ce qui fait le bonheur d’habiter à Lasalle : l’école, les soins, l’environnement et le lien social.

 

Cette crise offre de beaux prétextes à tous les « dégraissages » possibles. Au niveau d’une commune ce qui pourrait nous atteindre serait des diminutions de crédits de l’État. Ce qui impose d’avoir le soutien de partenaires efficaces, qu’il s’agisse du département, de la région ou de l’Europe. Pour l’instant, les deux projets importants que nous portons sont dans des tuyaux qui ne sont pas encore bouchés. Il s’agit de l’agrandissement de la maison de retraite et la création d’une maison des associations aux Glycines. Ces deux projets correspondent parfaitement à ce qu’est Lasalle. Malgré les difficultés rencontrées (dont j’ai déjà parlé). La maison de retraite jouit d’une excellente réputation. Pour s’en rendre compte il suffit de se déplacer dans d’autres lieux similaires. Ce qui plaît à Lasalle, c’est l’ambiance, l’accueil, le professionnalisme dans la bonne humeur. Beaucoup nous l’envie.

Pour ce qui concerne la maison des associations, ce projet arrive en complément de la médiathèque. Aujourd’hui des rapports nous confirment qu’un euro investi sur une manifestation entraîne dix euros d’achats sur ce territoire. Nos prédécesseurs l’avaient compris. Lorsque nous avons commencé notre mandat, nous avons découvert avec bonheur que 15% du budget communal étaient consacrés à la vie associative, la vie culturelle et sportive. C’est-à-dire au bien être de notre communauté par le développement du lien social pour tout le monde, pour tous les âges. Je suis persuadé qu’il y a là une source de développement possible. Ce n’est pas un hasard si notre village est connu pour la qualité de ses manifestations populaires qui marquent le calendrier culturel du Languedoc-Roussillon. De manière à accompagner ce développement, il est nécessaire d’avoir un bâtiment qui puisse répondre à la demande. 

 

Je me demandais si je faisais un petit passage sur la communauté de commune, comment les territoires vont évoluer. Comment on nous impose l’agrandissement obligatoire des communautés… mais je serais peut-être un peu long, et surtout ça risquerai de nous faire oublier que nous sommes dans un moment festif.

Je tiens à vous présenter mes meilleurs vœux au nom de toute l’équipe municipale en vous souhaitant une excellente année 2009. Et pour conclure j’aimerais dire un merci particulier à l’ensemble du monde économique (artisans et commerçants) aux représentants des services publics (tant qu’il en reste encore), aux employés municipaux et au monde associatif et sportif qui contribuent tous à la cohésion de notre communauté.