Voeux d'Henri de Latour 2020

Vous êtes ici

La date des prochaines élections municipales m’interdit de parler de bilan global de la politique que nous avons menée depuis douze ans, ni des perspectives d’avenir qui pourraient apparaître comme un programme.

 

Je me souviens l’année dernière d’avoir listé les pays gouvernés par des populistes. Ça faisait déjà froid dans le dos. On se sentait cerné, aujourd’hui leur nombre a encore augmenté et ils sont en plus ouvertement climato-sceptiques.

Les autres pays, comme la France, ont pris une posture de façade, mais en réalité les rejets de CO2 dans l’atmosphère n’ont jamais été aussi importants. La COP 25 a échoué. Les dirigeants de ce monde s’en remettant entièrement aux décisions de la COP 26 qui aura lieu l’an prochain… On croit rêver. N’y aurait-il pas une urgence ? Comment peuvent-ils aller à l’encontre de l’avis de tous les scientifiques du monde ? La capacité de déni des gouvernants est incommensurable.

 

Face à cet aveuglement, ce qui peut nous donner un peu d’espoir est ce mouvement mondial qui secoue les places et les rues d’un nombre croissant de pays. Le désir de changements politiques, d’élan vers une vraie démocratie et de sortir des injustices n’a jamais été aussi fort.

Les gilets jaunes en font partie, mais ailleurs aussi les foules se soulèvent : en Argentine, au Chili, en Algérie, au Liban, à Hong-Kong, au Soudan, en Catalogne, en Équateur et sans oublier le mouvement international de la jeunesse pour le climat qui interroge les responsabilités individuelles et collectives.

Il n’y a pas de fatalité et nos comportements peuvent et doivent radicalement changer. Certains voient ces changements comme une obligation punitive. Alors que notre survie en dépend.

 

N’ayons pas peur de l’avenir. Le développement des énergies nouvelles est une chance pour nos territoires. Nous avons à portée de main toutes les ressources nécessaires pour faciliter la transition écologique. Le bois, le vent et le soleil sont nos richesses, mettons-les en valeur. C’est ce que nous avons commencé à faire en créant un CTE (contrat de transition écologique) sur un territoire qui réunit les communautés de communes du Viganais et de Causse-Aigoual-Cévennes. Il s’agit d’une sorte de portail qui sert à financer les projets porteurs d’aménagements écologiques et d’énergies renouvelables. Il réunit en un guichet unique, la région, l’État, le département et les communautés de communes.

Au niveau de la commune, nous essayons autant que possible d’apporter notre pierre à l’édifice du changement. Le remplacement total de l’éclairage public nous a fait subir des travaux longs et envahissants. Mais la cause est juste et économe.

 

Comme l’année dernière, nous pouvons constater que nous vivons dans une commune calme et pacifiée, plus épargnée par la délinquance que les localités voisines.

Fait significatif, notre Major de gendarmerie s’occupera dorénavant aussi de St Jean du Gard.

 

Notre commune a trouvé son développement à travers les activités de la vie associative. Nous comptons plus de 300 manifestations dans l’année. C’est considérable pour un petit village d’un peu plus de mille habitants. Cette énergie florissante nous distingue, séduit et aide à notre diversification.

Pour que le village poursuive son développement si particulier et inscrive cette identité dans la durée. Nous avons mis en place

le centre de formation et de création de la cure. Les travaux seront finis en été. Nous avons hâte de voir ce lieu unique opérationnel pour les Lasallois et les artistes du monde entier.

 

Les activités culturelles de notre territoire, Causse-Aigoual-Cévennes Terres Solidaires, ont été remarquées par le Direction Régionale des Affaires Culturelles puisque nous signons une convention en début d’année. Un des objectifs de cette convention est de donner la possibilité aux habitants de ce territoire de pratiquer un art du début à la fin de sa vie.

 

Cet élan doit énormément au dévouement de tous les bénévoles qui œuvrent dans les associations, qu’elles soient sportives, d’entraides, culturelles ou festives. Ils sont les ferments de la vitalité de notre village. Ils contribuent à l’attractivité de notre commune, maintiennent et créent le lien qui consolide notre vivre ensemble, lui donnent une identité basée sur les valeurs humaines. 

Et c’est pour garder ce qui nous est spécifique que nous refusons de nous dissoudre dans des ensembles tellement grands que les relations humaines disparaissent pour laisser place à la comptabilité et la technocratie qui ne voit dans un être humain que des ressources à chiffrer.

 

Autre garant de notre développement et de notre rayonnement : la qualité de tous les employés municipaux. Il y a eu quelques changements dans l’équipe technique. En effet, nous souhaitons à Thierry Roux une longue et paisible retraite après être resté 34 ans au service de notre commune. Thierry, je saisis cette occasion pour te remercier encore, en notre nom à tous pour tout le travail accompli.

Avec la même ferveur, nous souhaitons un prompt rétablissement à Ghislaine Anton, qui, a tant donné pendant 33 ans à la mairie, et qui va subir une intervention assez lourde. On pense à toi Ghislaine.

.

L’équipe se renouvelle avec l’embauche de plus jeunes. Il s’agit de Jean-Philippe Thérond et Mikaël Filhol. On a maintenant une équipe prête à bien faire en rendant service à notre communauté. Je les en remercie.

Je commettrais néanmoins le plus regrettable des oublis si je m'abstenais ici de rappeler que la mairie fonctionne grâce à une équipe qui a été choisie il y a six ans. Je veux rendre ici hommage à mes collègues élus qui se sont investis pour donner corps à nos projets.

 

Pour conclure, je pense que le pessimisme n’est pas de mise. Je suis sûr que l’horizon n’est pas bouché mais bien au contraire, nous changeons d’époque et nous ne sommes qu’au début d’une fabuleuse histoire qui reste à construire. Ces défis toniques et stimulants, sont une invitation à nous réinventer sans cesse.

Pour sortir gagnants de toutes les épreuves qui nous attendent, nous devons être fiers de ce que nous sommes. Forts de nos convictions humanistes, sûrs de mener le seul combat qui vaille contre les discours de violence, de haine et d'exclusion : la solidarité et la démocratie.

Bonne année à toutes et à tous !